--  Prochaine reunion Samedi 11/12 14h30 au Centaure Club -- Activation TM8AB WW DX Contest du 29/10 au 01/11  

titre

 
 
ACTIVATION SPÉCIALE TM8AB

ANNIVERSAIRE
DE LA 1ERE LIAISON TRANSATLANTIQUE
ENTRE LEON DELOY  (8AB) ET FRED SCHNELL (1MO)
Indicatif spécial TM8AB
DU 25/11/2021>29/11/2021   &  02/12/2021>06/12/2021
Plus d’infos bientôt

VOIR L’ACTIVATION 2018

 

CLIQUER SUR LES IMAGES POUR AGRANDIR

CLICK ON PHOTOS FOR ZOOMING

article de Léon Deloy (8AB) publié en 1922 dans la revue l’Onde Électriquejournal

Communication amateur transatlantique bidirectionnelle réalisée (traduit du site https://rsgb.org/main/activity/transatlantic-tests/tests-4/)   READ IN ENGLISH

En décembre 1922, des signaux amateurs ont été entendus dans les deux sens de l’autre côté de l’Atlantique, les amateurs utilisaient toujours des longueurs d’onde d’environ 200 mètres et une puissance élevée était nécessaire pour passer. Nous ne pouvons que nous émerveiller de ce que ces premiers amateurs ont réalisé en utilisant des longueurs d’onde qui font maintenant partie de la bande des ondes moyennes AM.

Pendant ce temps, avant les troisièmes tests, en janvier 1922, un amateur américain, Boyd Phelps, a effectué des tests à 9ZT à Minneapolis, pour déterminer la longueur d’onde minimale sur laquelle un émetteur à tube de 100 watts pouvait être réglé. Il a obtenu de bons courants d’antenne jusqu’à 35 mètres, mais personne n’écoutait encore sur cette longueur d’onde. Son article dans QST de mars 1922 explique :

La licence générale de la station d’amateur prévoit des longueurs d’onde « n’excédant pas 200 mètres », ce qui laisse un grand nombre de vagues disponibles en dessous de cette limite. Il y a vraiment un nombre infini de longueurs d’onde disponibles et sur les ondes inférieures, le réglage est si précis qu’une différence de plusieurs mètres de longueur d’onde est suffisante pour couper complètement une station.

En regardant la situation d’une manière large d’esprit, il semble ridicule que parmi l’immense nombre d’ajustements possibles, nous devrions tous tendre vers le même (à savoir 200 mètres).

Des tests ont été effectués à des longueurs d’onde plus courtes au cours de l’année suivante, mais peu de stations ont fait le pas. Vers 1921, John Reinartz 1XAM a développé un nouveau circuit récepteur, appelé Reinartz Tuner. L’unité avait une plage de réglage sans précédent de 200 mètres à 28 mètres. Des informations sur la construction ont été publiées dans QST et dans de nombreux autres magazines. Des milliers d’expérimentateurs ont construit le récepteur.

QST, décembre 1923, raconte la visite de Léon Deloy aux États-Unis au cours de laquelle il a étudié les méthodes utilisées par les amateurs américains et a également acheté du nouveau matériel à emporter chez lui pour son QTH à Nice.

American Amateur Radio a été honoré et très agréablement surpris par la visite d’un mois de M. Deloy, le premier amateur français. M. Deloy est venu expressément pour étudier les méthodes des amateurs américains, afin que sa station, la première en France puisse être entendue ici, soit la première à travailler réellement avec nous depuis l’Europe. Pendant qu’il était ici, il a visité bon nombre de nos stations les plus connues et a assisté à notre deuxième convention nationale, où il a eu la distinction d’être le premier visiteur étranger à une convention américaine.[2]

Deloy avait consulté John Reinartz 1XAM au sujet de son nouvel équipement. Clinton DeSoto dans son livre « 200 mètres et vers le bas » a décrit Deloy : « il a vécu, pensé, agi et travaillé avec un objectif – travailler de l’autre côté de l’Atlantique ». Il n’y a aucune raison de croire que Deloy envisageait particulièrement d’opérer en dessous de 200 mètres mais il était au moins équipé pour émettre et recevoir sur des longueurs d’onde plus courtes à son retour en France et l’avait dans son arsenal.

QST, novembre 1923, décrit les plans d’une quatrième série de tests qui, cette fois, seraient uniquement d’ouest en est et conduiraient, espérons-le, à des tentatives de QSO bidirectionnels.

L’ARRL effectuera des tests transatlantiques en coopération avec les sociétés d’amateurs britanniques et françaises du 22 décembre 1923 au 10 janvier 1924. Il y aura des nuits de transmission alternées par des amateurs britanniques et français. Nous, amateurs américains et canadiens, garderons nos émetteurs silencieux et ferons de notre mieux pour copier les signaux européens pendant les tests. À partir du 11 janvier, le couvercle se détachera et tout le monde est invité à tenter sa chance en essayant une communication bidirectionnelle avec tout amateur européen qu’il peut entendre.[3]

Pendant ce temps, les plans de Léon Deloy s’étaient concrétisés plutôt en usurpant les tests à venir, comme décrit dans Wireless World, 19 décembre 1923 :

Au moment de mettre sous presse le dernier numéro, un rapport nous est parvenu que M. Léon Deloy (français 8AB) dont la station est située à Nice, avait été en communication télégraphique régulière pendant des nuits successives avec deux stations d’amateur américaines, 1MO, exploitées par M. F (Fred) H Schnell, directeur du trafic de l’American Radio Relay League, et 1XAM, exploité par John Reinartz. On hésite naturellement à publier des rapports d’une telle nature saisissante sans confirmation, et en conséquence, plutôt que d’annoncer cette information dans le dernier numéro, il a été décidé de communiquer avec M. Deloy pour confirmation. La réponse de M. Deloy indique qu’il n’y a aucun doute sur la véracité du rapport. Ses signaux ont été entendus par 1MO lisible à vingt pieds des téléphones et ont fait fonctionner un haut-parleur à 1XAM.

Après la réalisation de M. Deloy vient un rapport de M. J (Jack) A Partridge, de Merton, Londres, en référence au morse bidirectionnel travaillant avec 1MO, cette fois avec M. K (Kenneth) B Warner, secrétaire de l’ARRL, sur la clé. La station de M. Partridge (2KF) a pris contact pour la première fois avec 1MO avec l’aide de 8AB dans la matinée du 8 décembre. Le contact a été maintenu par les deux stations jusque longtemps après le jour de ce côté-ci de l’Atlantique, et des messages personnels ont été échangés. Par communication sans fil, un autre test de fonctionnement a été organisé pour le dimanche soir suivant. À cette occasion, travaillant à nouveau jusque tard dans la matinée, M. Partridge a maintenu la communication et a reçu des messages spéciaux, l’un adressé à The Wireless World and Radio Review, un autre à la Radio Society of Great Britain, un autre à M. Burnham et un autre à la sénatrice Marconi ; certains messages provenaient de M. Warner et d’autres de différents responsables de l’American Radio Relay League. La communication a depuis été maintenue les autres nuits.[4]

Article de Léon Deloy (8AB) publié en 1922 dans la revue l’Onde Électrique :

“Se faire entendre et entendre de plus en plus loin est le but que se propose tout amateur. Lorsque pour la première fois, nos signaux sont perçus par un autre amateur, si près soit-il, ce n’est pas sans émotion que nous l’entendons répondre à notre appel! Nos signaux portent donc! et la faible énergie que nous avons, après bien des jours (et des nuits) de travail, réussi à mettre dans notre antenne en rayonne donc effectivement! La preuve de ce résultat ne manque jamais d’apporter avec elle une grande satisfaction. [..]  C’est alors la période des perfectionnements du poste. On surélève l’antenne, on améliore la prise de terre, on parfait les réglages et chaque fois que l’ampèremètre d’antenne marque un peu plus de courant, notre espoir croit en proportion! On attend alors le courrier quotidien avec impatience; il contient chaque jour de nombreuses cartes et lettres nous annonçant que nos signaux ont été perçus dans d’autres villes de notre département, dans les départements voisins, puis dans des points lointains de notre pays; enfin arrivent les premières lettres de l’étranger! Il y a là-bas, par delà les montagnes, par delà les immenses plaines, par delà la mer, une antenne installée par un amateur comme nous qui vibre chaque soir à l’unisson de la notre, dont le courant suit docilement les mouvements de notre manipulateur, il y a là-bas un ami inconnu qui est heureux de nous entendre et impatient de nous répondre! Bientôt la communication bilatérale est réalisée et le lien invisible de nos petites ondes est devenu un lien d’amitié de plus entre deux nations voisines. Tel est le rêve de tout amateur et nombreux sont ceux qui le réaliseront sous peu.”

Wireless World a omis d’expliquer que ces premiers QSO bidirectionnels étaient sur une longueur d’onde plus proche de 100 mètres, mais c’est ce mouvement de 200 mètres qui a conduit à la percée. Le succès de Jack Partridge avec les premiers QSO entre le Royaume-Uni et les États-Unis était des plus remarquables, car il opérait à partir d’une petite maison individuelle à Colliers’ Wood, avec un petit jardin. QST en janvier 1924 a ajouté plus de détails à l’histoire de Deloy :

Communication amateur transatlantique accomplie !
1MO et 1XAM fonctionnent en français 8AB lorsqu’un contact amateur bidirectionnel est établi à travers l’océan pour la première fois

L’océan Atlantique a été comblé en opération amateur bidirectionnelle pour la première fois de l’histoire lorsque la station 1MO à West Hartford, Conn, a communiqué pendant près de deux heures dans la nuit du 17 novembre avec la station française 8AB, exploitée par Leon Deloy à Nice, France . Plus tard dans la même nuit, la station 1XAM, parfois 1QP, à South Manchester, Conn, a également travaillé 8AB.

Pendant des années, nous avons rêvé de cela; depuis plus d’un an, nous l’avons vu venir ; pendant des semaines, nous étions sûrs que l’hiver verrait la chose s’accomplir. C’est fait, messieurs ; nous sommes en fait en va-et-vient avec l’Europe sur nos plateaux amateurs. Pour la première fois dans l’histoire, nous avons travaillé avec un amateur européen, et pour la première fois des amateurs de pays étrangers lointains se sont assis près de leurs foyers respectifs et se sont parlé avec aisance.

Des centaines de nos confrères l’ont rencontré à l’A.R.R.L. Convention à Chicago cet automne. De retour chez lui, Deloy a appliqué la « dope » qu’il avait collectée ici et a construit un émetteur à ondes courtes et quand tout était prêt, a câblé le Traffic Manager Schnell qu’il transmettrait sur 100 mètres de 21h à 22h à partir du 25 novembre. Cette nouvelle a été diffusée immédiatement par diffusion et de nombreuses stations ont commencé à écouter. Schnell a construit un tuner spécial à ondes courtes pour le travail et à 21 heures le 25 a été réglé à 100 mètres et en attente. Immédiatement à 9 heures, Deloy a démarré et dès le premier mot, il a été copié par 1MO.

1MO a obtenu l’autorisation du Superviseur de la Radio pour tester sur les ondes courtes, et la nuit suivante, le 27, était prêt. Deloy est arrivé à 9h30 et a appelé l’Amérique pendant une heure et a envoyé deux autres messages. À 10h30, il a signé, demandant une QSL. 1MO lui a fait une longue escale sur 110 mètres, et les amateurs européens et américains travaillaient pour la première fois, car Deloy est revenu de suite ! Cela a apporté le frisson qui ne vient qu’une fois dans une vie.[5]

Léon Deloy avait atteint son objectif et on se souvient comme le premier Européen à «travailler» de l’autre côté de l’étang.

(Copyright ARRL, utilisé avec leur aimable autorisation)

Les quatrièmes tests transatlantiques qui ont suivi le succès de Deloy et Partridge comprenaient une autre station spéciale RSGB, utilisant cette fois l’indicatif 6XX. Extrait de Wireless World, 2 avril 1924 :

La station émettrice de la Radio Society 6XX

En ce qui concerne les tests transatlantiques de l’année dernière, la Radio Society of Great Britain a de nouveau fait une tentative spéciale de transmission transatlantique cet hiver. On se souviendra sans doute que pour les tests de l’année dernière (Noël 1922-janvier 1923) une station spéciale a été érigée à Wandsworth par quelques membres du Comité de la Radio Society. Bien qu’une bonne antenne y fût possible, la localité était assez peu pratique d’accès, de sorte que pour les tests de cette année un autre site a été choisi. L’ancien indicatif d’appel de la Société, 5WS, n’a pas été conservé après l’expiration du permis en janvier 1923, de sorte que pour les tests de cette année, un nouvel appel, 6XX, a été attribué – cet appel étant bien sûr précédé du préfixe de nationalité de G selon le schéma convenu par La Poste.[6]

Les premiers QSO transatlantiques bidirectionnels ont encouragé les amateurs à adopter des longueurs d’onde plus courtes et à mesure que la compréhension de la propagation progressait, de nouveaux records ont été établis et la communication internationale est devenue monnaie courante. Le début des années 1920 avait vu l’aube de la radio amateur internationale.

Le reste des années 1920 a vu une série de tests internationaux, y compris ceux du Commonwealth britannique. Les tests d’écoute ont cédé la place à des tests de transmission bidirectionnelle. La désignation « test » a évolué pour devenir « concours » et au cours de la décennie suivante, un certain nombre de concours internationaux que nous connaissons aujourd’hui ont fait leurs débuts.

 

 

station

emetteurs

antenne

QSL-F8AB

QSL-F8AB2

8AB

 

1MO-TX

8AB2

La villa aujourd’hui au Mont Boron à l’Est de Nice :

20180508_163621

20180508_163546

20180508_163502

LIEN VERS UN AUTRE DOCUMENT DU RADIO CLUB ON4MNS : http://www.on4mns.be/documents/la_premiere_liaison_transatlantique_sur_ondes_courtes.pdf

Categories: activations

Comments are closed.